Le tourisme français entre inquiétude et espoir

Le moral des français n’est pas au beau fixe du fait d’une crise économique, financière et d’un pouvoir d’achat en baisse et pourtant le nombre de français ayant l’intention de partir en vacances cet hiver reste stable comparé à l’hiver 2007/2008 qui était un très bon cru.



Ainsi 30% des français ont l’intention de partir en vacances cet hiver (pour un séjour de 4 nuits et plus) dont plus de 80% choisiront de rester exclusivement dans l’hexagone.
Pour les intentions de départ à l’étranger, la baisse est conséquente avec seulement moins de 9% des ménages qui envisagent de séjourner à l’étranger pour leurs vacances hivernales contre plus de 10% l’an passé.

C’est la première fois depuis l’hiver 2001/2002 que l’on constate un recul des séjours « soleil d’hiver », ce qui ne manque pas d’affecter les agences de voyages et les tours opérateurs dont l’essentiel de l’activité se fait à l’export.

En volume de séjours, la baisse sera d’environ 10% si la tendance se confirme. Les principales destinations touchées sont les destinations long courrier dont la chute pourrait dépasser les 20% alors qu’à contrario les destinations « courts courriers » devraient être moins affectées. Cette baisse du longs courriers est aussi due au fait que ce sont les ménages dont les revenus sont les plus élevés et qui sont les plus forts contributeurs des « séjours soleil d’hiver lointains » qui indiquent la plus forte diminution de leur budget vacances : -20% de budget pour les foyers à revenus supérieurs à 70 000 € net annuel.

Au 20 novembre, seulement 40% des français indiquent avoir déjà réservé, les 60% restants n’ayant pas encore fait leur choix en espérant pour la plupart trouver une offre plus attractive pour les prochaines semaines.

Première historique : le nombre de partants à l’étranger envisageant de réserver sur le Net (42% contre 36% en 2007) est supérieur à ceux passant par les agences de voyages traditionnelles (35% contre 40% en 2007).

Le grand bénéficiaire de ce report de clientèles de l’étranger vers l’hexagone devrait être la montagne car, si plus de 80% des français qui partiront cet hiver disent exclusivement choisir la destination « France », ils sont aussi plus nombreux à vouloir aller à la montagne en ce début d’hiver. Ainsi, 40% des partants envisagent de passer leurs vacances à la montagne et choisirons pour la moitié d’entre eux le Massif Alpin.

Pour cet hiver, la recherche du meilleur rapport qualité/prix semble encore plus d’actualité avec une baisse annoncée de 5 à 10% du budget vacances des ménages qui ne se pressent pas pour réserver car ils estiment les prix trop élevés d’au moins 10%.

Les gagnants de cet hiver seront à n’en pas douter les résidences de tourisme et les villages de vacances rénovés et à tarifs attractifs, offrant une formule tout compris car les français plébiscitent les formules sans surprise, incluant notamment la restauration, les activités enfants et les remontées mécaniques dans le package.

A noter que si les vacances de noël et de février bénéficient d’une légère hausse des réservations, les périodes hors vacances scolaires font l’objet d’une baisse de réservation. Pendant ces périodes, la montagne hexagonale devra séduire les clientèles étrangères et les français sans enfants sous peine de prendre sur les périodes les plus creuses, les gains constatés sur la période des vacances scolaires.

Les 5 mois de la grande saison été (juin/octobre) plombent les nuitées hôtelières qui en cumulé depuis le début de l’année passent dans le rouge La dégradation de la situation économique avec une baisse de la clientèle affaires, des clientèles étrangères et de la clientèle française d’agrément depuis le mois de juin, rend le solde des nuitées hôtelières négatif en cumulé sur les 10 mois de l’année. De juin à octobre, on constate une baisse de plus de 3% des nuitées hôtelières c’est-à-dire plus que la hausse des nuitées constatées entre janvier et mai 2008.

Le retournement de marché n’a fait que s’accentuer depuis le mois de juin avec non seulement une baisse des nuitées mais aussi une chute des prix moyens chambres ce qui se traduit par une baisse du chiffre d’affaires des établissement hôteliers d’environ 5% depuis juin. La dégradation de la situation de l’hôtellerie française est préoccupante et généralisée puisque tous les segments sont touchés et plus particulièrement l’hôtellerie de luxe qui, il est vrai, avait cru sans quasiment discontinuer depuis 2003.

L’année 2008 devrait cependant être plutôt correcte par rapport à la moyenne des 5 dernières années même si elle est en diminution par rapport à 2007 qui était une excellente année. « Nous assistons à un retournement de marché pour l’hôtellerie, avec déjà 14 régions sur 22 en baisse, qui se prolongera au moins jusqu’au premier semestre 2009 avec une baisse du revenu moyen par chambre et du chiffre d’affaires de l’hôtellerie française même si la France résiste plutôt mieux que nos principaux concurrents » indique Didier Arino, Directeur de l’étude.

Source : Le Bilan touristique 2008, réalisé à partir d’une enquête Protourisme durant la période du 13 au 23 octobre et du 17 au 21 novembre auprès de 600 opérateurs ou groupement d’opérateurs touristiques totalisant plus d’un million de lits touristiques marchands et d’un panel représentatif de 1.083 français.




  1. Chrstian Bodier

    L’agence de voyages en ligne Opodo a fait un article complet au sujet des " Les vacances, prochaines victimes de la crise ?" sur son blog :

    blog.opodo.fr/archive/200…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *